vendredi 20 mars 2009

Internet en 2009

Internet accueille désormais près du quart de la population mondiale.

Véritable Tour de Babel, une multitude de langues s'y cotoient, reflet de la diversité de ce milliard et demi d'Internautes. Près de 500 millions communiquent en langue anglaise, 300 milions en chinois, 120 millions en espagnol, 100 millions en japonais, 2 x 70 millions en français et en portugais, 60 millions en allemand, 3 x 40 millions en arabe, russe et koréen et enfin 250 millions en diverses autres langues (hongrois, finnois, etc).

Les Noms de Domaine organisent l'accès à environ deux mille milliards de pages par mois (moyenne de pages vues). Depuis le début de l'aventure du 'Net Grand Public', soit depuis une petite vingtaine d'années, 156 millions de domaines ont été enregistrés. Mais en 2008, on estime que seuls moins de la moitié sont exploités : environ 65 millions de sites sont actifs, et chaque internaute en visite en moyenne 66 par mois.

Les Blogs (contraction de l'expression Web log) créés depuis 2002 seraient de l'ordre de 150 millions, toutefois seuls environ 5 %, soit 7 millions et demi, auraient été mis à jour dans les derniers 120 jours, 1 million et demi l'auraient été dans la dernière semaine, et un million dans les dernières 24 heures ! Ces chiffres traduisent une claire répartition entre la grande masse de blogs 'vitrines - pages persos', de ceux qui tendent à se professionnaliser, avec pour motivation de plus en plus fréquente le profit publicitaire. Les thématiques des blogs 'actifs' sont à majorité tournés vers le conseil 'produits et services', et bien que la défense des consommateurs reste une valeur forte dans ces communautés de bloggers actifs - adultes de 25 à 40 ans -, avec pour principale source d'information le buzz et le online, les relations entre les bloggers et les marques sont de plus en plus fréquentes et intéressées commercialement.

Les Réseaux Sociaux et Sites Communautaires hébergeraient aujourd'hui environ 250 millions de membres actifs et accueilleraient plus de 600 Millions de 'visiteurs uniques', soit environ 40% de la totalité des internautes ! Les concentrations sont très importantes dans ce secteur et deux réseaux, MySpace et Facebook, représenteraient à l'échelon mondial 70 % de cette dynamique, avec une position dominante en dehors de quelques pays (Chine, Japon, Brésil). Les membres actifs sont jeunes - seuls 20 % ont plus de 40 ans -, leur première motivation est de 'rester en contact avec son entourage' (pour plus de 80%), puis de 'partager ses centres d’intérêts et ses passions' (51%) et enfin 'd’aller à la rencontre de nouvelles personnes' (48%). On peut considérer qu'arrivé à maturité, ce mouvement s'orientera désormais vers une segmentation en 'niches' de 'micro-communautés thématiques'.

Wikipedia représente dans l'univers du Web participatif un phénomène exceptionnel : près de 700 Millions de consultations en 2008 des 10 Millions d'articles en 250 langues que 75000 contributeurs actifs ont rédigé, depuis 2001, dans cette encyclopédie où les rédacteurs ne sont pas, à priori, des professionnels du sujet. Pourtant, une analyse fine du fonctionnement de Wikipedia, démontre qu'une forme de 'professionnalisation' s'auto-génère quoi qu'il arrive : ainsi, dans ce modèle pourtant 'ouvert' à tous, 524 personnes, soit 0,7% des utilisateurs sont responsables de 50% des éditions du site et seuls 2% des intervenants les plus actifs, soit 1 400 personnes, ont réalisé à eux seuls 73,4% de toutes les modifications ! Il en est de même, pour Digg.com, un autre succès fulgurant du 'collaboratif', ici en tant que média d'information presse, il apparaît que 20% des articles qui gagnent la Une du site sont proposés par un groupe extrêmement sélectif d’une vingtaine d’utilisateurs, soit 5 257 articles sur un total de 25 260. Le top 100 des diggers avait poussé 14 249 articles en Une, soit 56,41% du total !

Avec Twitter, la tendance d'une toujours plus grande simultanéité 'émission-réception' dans l'échange est l'un des phénomènes marquants des derniers développements du Net. Alliant réseau social et micro-blogging, Twitter propose une nouvelle forme de communication, redessinant radicalement la carte de distribution de l'information.

Le Web participatif (Web 2.0) offre ainsi une formidable opportunité au "Citoyen du Monde" de repousser les frontières de l'espace public traditionnel, et de réinventer sa relation aux pouvoirs et aux savoirs. Saura-t-il la saisir ? Nombre de signes montrent que ces dynamiques ont été très vite 'récupérées et encadrées' par des logiques professionnelles et marchandes. Toutefois, leur influence est certainement très importante sur les modes de pensées, les relations entre producteurs et consommateurs, institutions et électeurs, médias et lecteurs, en rebattant de nouvelles cartes où l'expression individuelle est de plus en plus prise en compte en temps réel.



Sources Enquêtes et Etudes : Ecosphere, Technorati, Médiamétrie, Isobar

Liens: